Saumur. Un champignonniste égyptien au pied du château

Selim Salem   Pleurotes variees  Paris  Shiitake ...

A Saumur, Selim s'est lancé dans l'aventure du champignon. Une rareté dans une région qui est pourtant reconnue pour sa culture. Marchés, épiceries, restaurants, le jeune artisan est partout.

Si vous allez sur les marchés de Saumur, Doué-la-Fontaine ou Bourgueil, vous avez peut-être remarqué sa stature élancée. Selim Salem, Égyptien d'origine, propose les champignons qu'il cultive au pied du château de Saumur.

Fasciné par l'Europe, Selim Salem a quitté son Égypte natale il y a quatre ans. Italie, Angleterre, puis France où il y a trouvé l'âme soeur, et du travail comme guide touristique à la champignonnière du Saut aux Loups à Montsoreau.

Celui qui se destinait à être styliste a attrapé le champignon de la culture du fungus campaniolus, comme on dit en latin populaire, en l'expliquant aux touristes de passage. « Le champignon m'a tout de suite intéressé et m'a donné des idées, souligne Selim Salem. Je les ai proposées à mon employeur, mais ce n'était pas son orientation. Alors j'ai décidé de m'installer. »

Expérimentation...

Selim Salem s'est alors mis en quête d'un espace : « Il y a des caves partout dans le Saumurois, mais il y en a peu qui étaient adaptées à ce que je voulais faire. Celle que je cherchais, je l'ai trouvée dans Saumur. » C'est vrai qu'en Saumurois, il y a longtemps que les caves ont été désertées par les champignons ; et les entreprises qui avaient fait la richesse de la région, se sont fondues pour la plupart dans France Champignon, aujourd'hui propriété de Bonduelle. L'artisan champignonniste a disparu au profit de l'industriel.

« Beaucoup de personnes ont été surprises de mon choix. Pour elles, c'était un métier disparu et je n'allais pas y arriver, se remémore l'artisan. Pourtant, quand j'entendais les gens me dire qu'ils regrettaient de ne pas trouver de champignons français sur les marchés, je me disais qu'il y avait quelque chose à faire. Aujourd'hui, neuf mois après, je sais que j'ai eu raison de me lancer dans l'aventure ».

Le matin, Selim Salem est sur les marchés, et l'après-midi en cave ou en livraison. Des restaurants de la région lui font confiance. « Tous les matins, avant d'installer mon stand sur les marchés, je vais cueillir mes champignons. Ensuite, je dois faire des livraisons dans des épiceries fines ou dans des restaurants de renom, tel par exemple celui de l'abbaye de Fontevraud, indique Selim. J'essaie aussi d'innover en faisant des shiitakés séchés, de la mousseline de champignons ou des champignons en apéritif. J'en suis encore au stade de l'expérimentation, mais je suis très content d'avoir fait le choix de me lancer. »...

Source Ouest France

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire